Les Bananiers, faîtes le bon choix

 

Vous trouverez ici tous les conseils pour le choix d'un bananier parmi la trentaine d'espèce et sous-espèce que nous pouvons produire.

Ainsi, suivant le lieu, intérieur ou extérieur, auquel vous le destinez, un choix entre les différentes espèces devra être fait.

Pour faire simple, il est possible de classer les bananiers en deux catégories :

Les Bananiers sub-tropicaux rustiques qui, sous certaines conditions, peuvent être cultivés à l'extérieur.

- Les Bananiers tropicaux d'intérieur (gélifs) qui doivent être cultivés à l'intérieur ou pour certains, sortis sur une terrasse ou un balcon durant l'été.

 

Les Bananiers sub-tropicaux rustiques

 

musa basjooLes zones sub-tropicales du globe s'étendent sur une bande au Sud du Tropique du Cancer et au Nord du Tropique du Capricorne.

Dans ces régions, poussent quelques espèces de bananiers qui possèdent une bonne résistance naturelle au froid et au gel. Ils peuvent être plantés dans toutes les régions non montagneuses de France. Leur souche (Rhizome) résiste, sous réserve d'une protection, à des températures très largement négatives.

Dès les premières gelées blanches automnales, les feuilles et les faux troncs brunissent et sèchent en recouvrant d'eux-mêmes la souche (c'est ce qui se passe dans la nature). Dans nos jardins, nous pourrons parfaire cette protection naturelle en paillant largement.

Si votre région est très pluvieuse, vous pourrez recouvrir le tout d'un film en plastique en laissant quelques ouvertures sur les côtés pour la circulation de l'air et ainsi éviter la condensation. C'est en effet la conjugaison du froid et de l'humidité qui provoque quelquefois la pourriture des racines.

Dès le printemps, de nombreuses nouvelles pousses vont apparaître. Il faudra alors ôter le film en plastique et aérer un peu la paille sans la retirer complètement. Dès que les gelées matinales seront terminées, il vous faudra dégager complètement la souche et décompacter le sol par un léger griffage. L'arrosage devra alors être plus soutenu. Ces bananiers rustiques sont incroyablement vigoureux. Ils peuvent atteindre plusieurs mètres de hauteur dans la même saison. Très gourmands, vous veillerez à leur apporter un engrais de fonds à base de fumier d'algues composté (facile à trouver dans le commerce) Vous pourrez compléter par un engrais soluble universel à diluer dans l'eau d'arrosage ou un engrais spécial bananiers.

La plupart des bananiers rustiques possèdent de grandes feuilles plus ou moins fines. Donc, attention à l'exposition : le vent peut en effet provoquer une lacération du feuillage qui rends la plante plus disgracieuse. Tous ces bananiers peuvent parfaitement être plantés au pied d'un mur avec une exposition Sud.

Nous cultivons une dizaine de variété (plus exactement espèces ou sous-espèces) de bananiers rustiques dont les températures minimales de conservation s'échelonnent de -19 °C à -5 °C. Ces températures s'entendent avec une protection de paille de la souche).

 

Suivant votre région, un éventuel microclimat, et votre goût du type de végétation, vous ferrez votre choix en sachant que les deux dernières espèces Musa sp. Rajapuri et Musa sp. Chini Champa sont des variétés très récentes d'introduction en France. Nous les cultivons seulement depuis un an et nous n'avons pas pu tester leur réelle résistance au gel. Dans leur région d'origine (montagnes himalayennes) ils sont connus comme étant très rustiques. La température de -5 °C est donnée à titre indicatif mais ils sont très probablement beaucoup plus résistants.

Nous expédions ces bananiers non gélifs tout au long de l'année. La meilleure période d'installation en pleine terre se situe entre le 15 mai et le 15 septembre. Suivant la saison, nous coupons le feuillage avant expédition car les feuilles sont très fragiles et ne supportent généralement pas le transport. Ces plantes sont de croissance très rapide et le feuillage se reconstitue en quelques semaines.

Les bananiers tropicaux d'intérieur (gélifs) :

Toutes les autres espèces cultivées ici peuvent être classées dans cette catégorie. Ces bananiers originaires des zones tropicales ne supportent pas la culture à l'extérieur en France métropolitaine. Certains peuvent éventuellement être sortis durant la saison estivale et seulement pour des sites très abrités.

La culture des bananiers

Généralités et historique :  L'étymologie de son nom scientifique : Musa semble s'expliquer ainsi : Linné aurait dédié cette plante à un médecin vivant à l'époque de la Rome antique : Antonio Musa.
Il existe environ 50 espèces de bananiers originaires des régions tropicales et sub-tropicales (Asie du Sud-Est, Australie et Afrique).

Les bananiers sont des plantes herbacées souvent arborescentes et rhizomateuses à une ou plusieurs tiges qui ne fleurissent qu'une seule fois chacune. Le pseudo-tronc, appelé parfois comme pour les palmiers "Stipe" peut mesurer de quelques dizaines de centimètres jusqu'à plusieurs mètres de hauteur. Les feuilles longues et larges souvent brillantes sont arrangées en spirale. L'inflorescence terminale émerge des gaines de feuilles en grappe retombantes ou en épi érigé. Les bractées sont souvent colorées. Les fruits sont des baies charnues allongées et regroupées sous le nom de régime. Les fruits des bananiers de cultures vivrières possèdent peu ou pas de graines contrairement aux espèces ornementales.

Le bananier apporte une note d'exotisme incomparable. C'est une plante puissante à croissance rapide et au feuillage persistant.

 

Au sein de la catégorie des bananiers tropicaux d'intérieur, on peut distinguer 2 grands groupes : les bananiers pour cultures vivrières, et les bananiers ornementaux. Le premier groupe nous intéressera moins ici, mais le second peut également posséder des espèces fructifères très intéressantes, même pour notre climat d'Europe du Nord.

 

A l'intérieur de ce second groupe appelés bananiers ornementaux, nous pouvons distinguer deux sous catégories : les bananiers tropicaux et les bananiers sub-tropicaux. Moins par leur aspect respectif, c'est leur résistance au froid qui les distingue les uns des autres.

Les bananiers ornementaux tropicaux doivent être cultivés en serre, en véranda, en jardin d'hiver et éventuellement en appartement (sous certaines conditions expliquées plus bas). Ils ne résistent généralement pas à des températures inférieures à -10 °C et le gel leur est souvent fatal.
Les bananiers ornementaux sub-tropicaux, malheureusement beaucoup moins nombreux, possèdent naturellement une bonne résistance au froid et bien souvent au gel, pourvu qu'ils disposent d'une protection hivernale. Ils peuvent être plantés en pleine terre dans toutes les régions de France métropolitaine de moyenne altitude. Leur résistance au gel varie entre -10 et -19 °C. Certains auteurs avançant même des températures encore plus basses.


Pour bien choisir un bananier :  Chez TropicaFlore, nous nous sommes spécialisés entre autres dans la culture des bananiers ornementaux et leur acclimatation. Nous cultivons à la pépinière de nombreuses espèces (plus d'une vingtaine) et nous réalisons de nombreux échanges et de nombreux semis. Cette passion s'étend à des plantes dont la végétation ressemble beaucoup aux bananiers comme les Strelitziaceae. Nous cultivons également l'Arbre du voyageur, Ravenala madagascariensis, originaire de Madagascar, mais également son petit frère de Guyane, le Ravenala guyannensis, ainsi que l'étonnant Phenakospermum guyannensis.

Proche du genre Musa, avec lequel on le confond souvent, nous cultivons également le genre Ensete dont le plus connu et le plus cultivé est l'Ensete ventricosum. Vous trouverez ci-dessous la liste des bananiers que nous cultivons généralement :

 

Les bananiers ornementaux tropicaux :

Musa acuminata 'Giant Cavendish'
Musa acuminata 'Dwarf'
Musa acuminata 'Super Dwarf Cavendish'
Musa balbisiana
Musa coccinea
Musa coccinea 'Red Flowering Thai'
(Musa) Ensete glaucum (syn. M. E. wilsonii)
(Musa) Ensete superbum
(Musa) Ensete ventricosum 'Maurelii'
(Musa) Ensete ventricosum 
Musa ornata 'Red Salmon'
Musa ornata 'Standard Lavendar'
Musa x paradisiaca
Musa velutina
Musa violacea
Musa zebrina 'Rojo'

Les genres apparentés :

Musella lasiocarpa

Phenakospermum guyannensis
Ravenala madagascariensis
Ravenala guyannensis

Les bananiers ornementaux Sub-Tropicaux :

Musa basjoo
Musa basjoo x hybridum
Musa basjoo sp. Saporro
Musa basjoo sp. Sakhalin
Musa hookeri (syn. M. sikkimensis)
Musa sp. Yunnan

Ces bananiers sub-tropicaux peuvent être cultivés à l'extérieur en pleine terre. Leur résistance au gel varie de -10 à -19 °C.

Dimensions :  La dimension des bananiers est très variable d'une espèce à l'autre. Les variétés naines (Dwarf) comme Musa acuminata 'Dward' ou Musa acuminata ' Super Dwarf Cavendish' ne dépassent pas 60 à 80 cm de haut et représentent des plantes idéales pour l'appartement à condition de leur apporter certains soins indispensables (voir plus bas.) Les espèces comme Musa coccinea, Musa coccinea ' Red Flowering Thai', Musa ornata ' Red Salmon', Musa ornata ' Standard Lavendar', Musa velutina, Musa violacea, Musa zebrina ' Rojo' dépassent rarement 1.5 mètre de haut. Toutes les autres sont à grand développement et doivent être réservées aux grandes vérandas, jardins d'hiver ou même en pleine terre sur le littoral méditerranéen (ou atlantique sous réserve qu'elles soient protégées du gel éventuel).


Tous les bananiers sub-tropicaux, qui peuvent être cultivés à l'extérieur, peuvent l'être également à l'intérieur ; Mais ce sont des géants, souvent dépassant 5 mètres de haut

Rempotage :  Les bananiers sont des plantes puissantes très gourmandes. Vous pouvez limiter sensiblement leur croissance en limitant également la grandeur du contenant. Il faut généralement les rempoter  tous les deux ans dans un pot ou un bac plus grand d'une taille seulement dans un mélange riche composé d'une part de terreau horticole, d'une part de terre de jardin, d'une part de fumier très décomposé (genre "Or Brun") et d'une part de pouzzolane (ou à défaut de sable de rivière). Si votre plante ne peut plus être rempotée (bac trop grand par exemple), contentez-vous de le surfacer en adoptant cette méthode  : attendez que la surface du substrat soit sèche sur plusieurs centimètres. Avec un aspirateur assez puissant (genre bidon), aspirez le mélange en surface en vous aidant d'une fourchette pour gratter délicatement toute la surface sur plusieurs centimètres (5 à 10). Évitez d'abîmer les racines superficielles.

 

Lorsque la surface est bien dégagée, mettez du mélange neuf, arrosez, laisser le tout se tasser et ajouter à nouveau du terreau neuf jusqu'au même niveau que précédemment.

Arrosage :  Sous nos latitudes on peut considérer que les bananiers sont en période végétative du 15 janvier au 15 octobre. A cette période de l'année les arrosages doivent être abondants pour culminer entre mai et août. Le substrat (terreau) ne doit pas se dessécher, il doit rester humide en permanence. Le pot de culture doit être convenablement drainé (couche de billes d'argiles au fond par exemple) afin que l'eau en excès s'écoule librement. Ne pas mettre de soucoupes afin d'éviter l'asphyxie des racines et le pourrissement du rhizome. Évitez également l'utilisation de bacs à réserve d'eau. Pour améliorer la capacité du drainage et éviter que la couche drainante ne soit progressivement colmatée par le substrat, utilisez du voile de forçage (polyéthylène non tissé) plié en quatre et disposez-le sur la couche drainante.

 

Avec l'arrosage au pied, il faut associer une pulvérisation régulière avec de l'eau tempérée douce de préférence l'addition de fer soluble (séquestrène) dans l'eau de pulvérisation est également employée pour lutter contre le jaunissement, principalement en fin de saison.

Nutrition :  Les bananiers cultivés en pots doivent être nourris convenablement, à l'aide d'un engrais équilibré de type 20+20+20+OE (correspond à la formule NPK soit 20% d'Azote (N) / 20 % de Phosphore (P) / 20 % de Potassium (K) et quelques oligo-éléments). Les jardiniers les plus experts préfèreront un engraissage modulé en fonction de l'âge de la plante et de la végétation et de l'époque de l'année. Plus riche en phosphore lorsque le sujet est très jeune, plus riche en Azote lorsque la plante fait ses feuilles, plus riche en potassium lorsque la plante fait son régime.


Exposition : Les bananiers aiment le soleil direct. Mais certaines espèces comme M. coccinea, M. ornata, M. velutina, M. violacea, M. zebrina ont un feuillage fragile qu'il convient de protéger du soleil direct d'autant qu'ils sont généralement cultivés en serre ou véranda (le verre ou le plastique font effet loupe), car il provoque des tâches de brûlures qui sont disgracieuses.

Température :  Les Bananiers tropicaux ne supportent pas les températures trop basses. +10 °C semble être pour beaucoup la température minimale de conservation. Dans les serres de TropicaFlore, nous conservons l'hiver (du 15/10 au 15/01) nos bananiers à une température de +5 °C, mais nous réduisons l'arrosage et coupons tout le feuillage en haut du faux tronc.

Multiplication :  Les bananiers se multiplient assez facilement par séparation des rejets et par semis.
Pour les semis, vous trouverez ici quelques conseils utiles. Pour la multiplication végétative, nous vous conseillons la technique suivante : il faudra veiller à procéder avec beaucoup d'hygiène, de préférence au début du printemps lorsque la végétation redémarre. Les nouvelles plantules doivent avoir une hauteur de 10 cm minimum. Dépotez la plante et placez la suivant son envergure dans un seau ou une brouette. Lavez à l'eau courante (non glacée) tout le système racinaire afin d'éliminer le plus de terreau possible. Localisez les bébés bananiers et voyez s'ils possèdent leurs propres racines.

Si c'est le cas, coupez avec un couteau désinfecté préalablement à l'alcool, au niveau du petit pont qui relie la plante mère de la plante fille. Répétez l'opération sur les éventuels autres rejets. Afin de favoriser d'une part la cicatrisation et d'autre part le redémarrage de la végétation, trempez toutes les plantes (la plante principale et les rejets) dans un seau rempli d'une solution d'hormones de transplantation (genre Transplantone de Vilmorin) pendant 30 minutes environ. Vous pouvez ajouter un fongicide à raison de 1 gr/l. Rempotez ensuite toutes les plantes séparément dans des godets avec un substrat de culture composé d'une part de terreau horticole, d'une part de terre de jardin, d'une part de fumier très décomposé (genre "Or Brun") et d'une part de pouzzolane (ou à défaut de sable de rivière). Placez les pots de préférence sur une couche chaude de façon à permettre l'apparition rapide de nouvelles racines.

Culture des Bananiers en appartement :

Nous avons vu que les bananiers tropicaux étaient d'excellentes plantes pour véranda. Dans un appartement, ils souffrent principalement de l'air trop sec. Une bonne méthode consiste à cultiver vos plantes sur un large plateau rempli de pouzzolane et de quelques morceaux de charbon de bois. Ajoutez de l'eau de façon à saturer tous les graviers et posez vos bananiers dessus. La chaleur naturelle de l'appartement va provoquer une lente évaporation et créer ainsi un micro climat tropical sans préjudice pour votre mobilier. Il faut, bien entendu rajouter de l'eau de temps en temps lorsque vous verrez la pouzzolane se dessécher en surface. Cette technique, très efficace permet de cultiver ainsi de très nombreuses plantes tropicales.

Culture des Bananiers à l'extérieur en pleine terre :

Les espèces sub-tropicales peuvent être cultivées à l'extérieur dans de nombreuses régions françaises. La résistance au gel de leur souche (rhizome) se situe entre -10 °C et -20 °C. L'hiver, le feuillage disparaît dès -2 °C. Les plus grosses tiges et les racines doivent être protégées du froid et de l'humidité avec de la paille bien sèche. Un plastique étanche sera utilisé pour emmailloter le tout. C'est généralement la conjonction du froid et de l'humidité qui fait dépérir la plante. Un froid sec, même vif, n'est pas préjudiciable ; Aussi, dans les régions très pluvieuses, est-il préférable d'installer un toit en pente au-dessus des souches pour éviter que l'eau ne s'accumule au niveau des racines.
Un bon drainage du fonds de la fosse de plantation est également recommandé. Suivant les régions, les meilleures périodes de plantation sont le printemps et l'automne. Creusez en terre un trou aussi large que profond du triple du volume de la motte. Disposez au fonds du trou une épaisse couche de pierres ou débris de poteries pour le drainage. Vous pouvez recouvrir cette couche drainante d'un feutre géotextile pour éviter le colmatage. Le mélange de plantation devra être riche et drainant : 20 % de terre de jardin, 20 % de terreau horticole, 20 % de fumier très décomposé (genre Or brun) et 20 % de sable grossier non calcaire.
Le choix de l'exposition est important, car les bananiers sub-tropicaux ont une croissance extrêmement rapide en hauteur. Suivant les espèces, il n'est pas rare qu'ils atteignent 4 à 6 mètres. Comme les feuilles sont minces, le vent peut les découper en lanières et ainsi rendre la plante disgracieuse. Protégez vos bananiers des vents dominants, évitez de les planter au milieu d'une pelouse, préférez une plantation en bordure d'un mur ou d'un muret.
Durant la saison estivale, vous devrez arroser copieusement et apporter un engrais complet dès le début du printemps et la reprise de la végétation. Ces bananiers, s'ils bénéficient de chaleur, peuvent fleurir et fructifier facilement. Vous serez alors étonné de l'architecture de cette fleur, assez inhabituelle. Malheureusement les fruits ne sont pas comestibles. Comme pour tous les bananiers, la tige ayant porté la fleur meure quelques temps après, mais la plante étant très cespiteuse, de nombreux rejets apparaissent au pied. Vous pouvez choisir de les laisser en place et ainsi former une touffe qui peut devenir imposante ou séparer les rejets pour les replanter à d'autres endroits. Les racines des bananiers ne sont pas envahissantes et sont donc sans danger pour les constructions alentour.
L'aspect très exotique des bananiers de jardin, leur longévité, leur résistance au froid, en font des plantes très recherchées, même pour les petits jardins. De nombreuses autres espèces comme les Ensete (famille très proche des Bananiers) peuvent être installés en pleine terre pour toute la belle saison. Ils devront être arrachés, rempotés et abrités si la température chute vers -3 °C.

La protection hivernale des bananiers de jardins :

 

Nous avons vu que les espèces d'origines sub-tropicales possédaient une souche souterraine (rhizome) pouvant résister à des gels importants sous réserve de leur apporter une  protection efficace. Suivant les régions le type de protection sera différent : d'un simple voile d'hivernage (pour les régions au climat doux) à un paillis très épais.

 

La paille est un "matériau" naturel très isolant. Dès les premiers beaux jours, vous pourrez relever la toile plastique, vous constaterez que le coeur de chaque tige aura poussé de plusieurs centimètres, signe d'un redémarrage de la végétation. De nouvelles tiges apparaîtront également directement du rhizome. C'est pour cette raison qu'il est important de ne pas trop tasser la paille, les jeunes pousses de l'année doivent pouvoir commencer à croître sans être déformées. Vous pourrez ôter définitivement la protection  lorsque les risques de gel auront disparus. Apportez un engrais de fonds et reprenez progressivement les arrosages (si le temps est sec). Durant la saison estivale, la souche ne doit pas manquer d'eau et d'engrais. En veillant à un bon engraissement, vous verrez vos bananiers culminer dans l'année à une hauteur de 2 à 4 mètres (suivant les espèces et le climat local).

Si vous habitez une région où il ne gèle pas, la protection est inutile. Ces bananiers de jardin fleurissent et fructifient lorsqu'ils ont fait environ 20 feuilles (soit sur 2 ans dans de bonnes conditions.) Les fruits ne sont pas comestibles mais très décoratifs. Musa basjoo et ses sous-espèces ne font pas de graines. Musa sikkimensis donne de grosses graines anguleuses au pouvoir germinatif très faible. Musa sp. Yunnan donne des graines à la taille assez irrégulière mais avec un fort taux de germination.

Les maladies et parasites des bananiers :

 

Ces plantes, bien que peu sensibles aux maladies et parasites, souffrent généralement d'erreur de culture, la plus fréquente étant la pourriture du rhizome provoqué par un arrosage hivernal trop abondant (quelquefois des températures trop basses ou un courant d'air froid aggravent la situation). Les bananiers  sont en période de repos végétatif généralement entre le 15/10 et le 15/02. A cette période de l'année, il faut réduire les apports d'eau et proscrire les soucoupes sous les pots. Un début de pourriture du rhizome se manifeste par le jaunissement du feuillage, y compris les jeunes feuilles, puis par un brunissement. Dans un pareil cas, il faut stopper les arrosages et mettre le pot de la plante au chaud pour favoriser l'évaporation de l'eau en excès. Vous devrez attendre le printemps pour, lors du rempotage, effectuer un nettoyage des racines mortes (généralement noires et molles) et tremper toute la motte dans une solution de fongicide pendant 10 minutes. A l'opposé de cette situation, un jaunissement des feuilles inférieures est normal et suit la pousse d'une nouvelle feuille. Les feuilles âgées vont jaunir puis sécher en devenant brunes. A ce moment là vous devrez les couper au ras de la tige (ou du faux tronc) avec un cutter. Vaporisez toujours une solution de fongicide sur la tige après ces opérations de nettoyage. Les bananiers peuvent également être attaqués par les cochenilles farineuses qui sont facilement identifiables par de petits amas bancs aux revers des feuilles. Si elles sont peu nombreuses vous pouvez les retirer à la main avec un papier humide ; sinon pulvérisez un anti-cochenille sous forme huileuse afin de les asphyxier définitivement. Plus rarement, les bananiers peuvent être attaqués par les araignées (jaunes ou rouges), qui sont de minuscules insectes à peine visible à l'œil nu et qui tissent des toiles à l'intérieur des pétioles. Un acaricide en vient généralement à bout mais il est toujours préférable de prévenir l'apparition de ces redoutables insectes en augmentant l'humidité ambiante et en bassinant très régulièrement le feuillage. Vous pouvez rencontrer (surtout pour les cultures sous serre ou véranda) des problèmes de nécrose annulaires des feuilles. Mis à part un choc mécanique, ces tâches jaunes ou brunes sont généralement dues à des brûlures par les rayons directs du soleil. Dans ce cas, il faut penser à ombrer légèrement la plante. Une croissance ralentie de la plante en période estivale, signe généralement un épuisement du terreau. Les bananiers sont très gourmands et il faut fertiliser régulièrement. Enfin, un manque d'aération peut chez certaines espèces provoquer un allongement excessif de la plante, qui devient de ce fait disgracieuse. Nous rencontrons ce phénomène essentiellement chez Musa zebrina 'Rojo' et Ensete ventricosum 'Maurelii'.